À propos

Le terme « Au prisme des moyens de production » mérite une explication fondée sur la très nette classification sociale que Marx fait entre ceux qui possèdent les moyens de production et ceux qui n’ont que leur force de travail à proposer. Autant ces derniers sont facilement repérables (il s’agit des travailleurs, des prolétaires), autant les premiers ne le sont plus. Marx, en son temps, les repérait facilement (les capitalistes qui payaient tout avec leur fortune : machines, salaires, fil) mais depuis les lois des années 1860 sur la responsabilité limitée, ce n’est plus le cas : l’entreprise, son collectif de travail, contribue beaucoup plus que le capitaliste aux moyens de production, et ce en plus de contribuer seule au salaires, fil, etc… Néanmoins, le capitaliste, qui n’a donc misé qu’un peu, a seul le pouvoir de propriété sur les moyens de production. Notre approche « Au prisme des moyens de production » permet de bien distinguer ceux qui contribuent aux moyens de production et ceux qui les possèdent. La remise en cause de cette non réciprocité entre contribution et propriété est le préalable de toute remise en cause du capitalisme.

Aussi, notre projet considère que l’activité de production et de mise à disposition de biens et de services peut être décomposée en trois circuits : (1-) le circuit de création de richesse, de génération de la plus-value, de sa redistribution et de son accumulation, (2-) le circuit de production et de reproduction de la force de travail, (3-) le circuit de production et reproduction des moyens de production et de mise à disposition.
Le circuit (1-) est largement étudié, en premier lieu par K.Marx et de nos jours par des économistes et sociologues de tout bord.
Le circuit (2-) est étudié depuis les années 1970 par des historiennes ou philosophes féministes comme Silvia Federici, Tithi Bhattacharya et des économistes comme Lebowitz Michael.
Par contre, le circuit (3-) est certes évoqué par K. Marx au détour de quelques phrases à propos du « capitaliste » qui achète les machines, la matière première et la force de travail mais cette évocation n’a jamais été remise en cause ensuite, ne serait ce qu’au regard de la généralisation de la « responsabilité limitée », généralisation faite après les écrits de Marx et changeant fondamentalement ce circuit (3-).
C’est justement ce circuit (3-), celui de la production et reproduction des moyens de production et de mise à disposition qui est l’objet principal de notre recherche.
Comme l’indique notre sous-titre, l’approche de ce cahier de recherche est marxiste dans la mesure où il reprend la catégorisation fondamentale de Marx entre ceux qui possèdent et gouvernent les moyens de production et ceux qui n’ont que leur force de travail à proposer. Notre approche est également résolument matérialiste dans la définition qu’en donne Althuser (« Ne pas se raconter d’histoire, cette formule reste pour moi la seule définition du matérialisme. »). Notre approche est fondée sur ce qui se passe aujourd’hui et non ce qui se passait du temps de Marx ou ce qui est décrit dans bien des histoires économiques à propos de ceux qui investissent, innovent, prennent des risques.
Enfin, comme l’indique le titre de ce carnet, notre projet se limite à l’aspect économique pour, essentiellement, considérer et bien distinguer ceux qui contribuent aux moyens de production et ceux qui les possèdent et les gouvernent.
Ce projet s’adresse à tout chercheur en sciences humaines, notamment en économie et en sociologie du travail.