Article (C-1-s) Dans le CAC 40 qui possède et profite le plus sans payer

Cet article (C-1-s) Dans le CAC 40 qui possède et profite le plus sans payer est sous Creative Commons BY-SA 4.0.

Pour accéder directement à cet article, cliquez ICI

En s’appuyant sur les comptes des exercices 2022 ou 2023 des principales sociétés du CAC 40, cet article montre dans quelle mesure les actionnaires s’approprient les actifs (les moyens de production) sans en payer le prix de leur poche, tant s’en faut, puis en tirent des revenus du fait qu’ils en sont les légitimes propriétaires.

Cet article illustre par les chiffres nos articles de la rubrique Analyse du capitalisme actuel au prisme des moyens de production de notre carnet, en particulier l’article qui paye et qui s’approprie les moyens de production.

Tout d’abord, cet article (a-) rappelle les procédés financiers « effet de levier » et « rachat d’actions » permis grâce à deux réalités juridiques : (1-) les lois des années 1860 sur la « responsabilité limitée » et (2-) le collectif de salariés non sujet de droit (donc, même s’il paye, il ne peut pas être propriétaire) et (b-) présente le « bilan comptable », car ce document financier et fiscal obligatoire permet d’apprécier les effets de ces procédés,

puis il résume notre vision de l’activité économique en ne considérant que « les actionnaires » et le « collectif de salariés ».

Enfin, cet article commente les résultats de quelques sociétés, parmi celles dont les données financières sont présentées dans le tableau de l’annexe « performances » de sociétés du CAC 40.

Il indique, au regard de la rémunération des actionnaires, la rémunération moyenne qu’aurait chaque salarié, SI, toute condition étant égale par ailleurs, le collectif de salariés était sujet de droit, donc propriétaire de tous les actifs auxquels il contribue, et soumis aux mêmes règles que les actionnaires. Par exemple, cette rémunération serait en moyenne, et en plus du salaire, de plus de 148.000 € pour chaque salarié du groupe TOTAL ENERGIE !.

De plus en plus de politiques s’insurgent des rémunérations des actionnaires, mais, malheureusement, ne propose que de les taxer, notamment les « rachat » d’actions, au lieu de résoudre le problème à sa racine : un collectif de salariés sujet de droit pour qu’il ait droit de propriété sur ce qu’il paye, comme n’importe quel actionnaire.

Pour accéder maintenant à cet article, cliquez ICI



Citer ce billet
André Moulin (2024, 23 avril). Article (C-1-s) Dans le CAC 40 qui possède et profite le plus sans payer. L'économie au prisme des moyens de production. Consulté le 15 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/w9gq

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search