Les trois circuits du capitalisme

Pour accéder directement à cet article, cliquez ICI

Dans ce court article, en mobilisant les écrits de Marx sur l’accumulation « primitive » (ou « initiale ») ainsi que les écrits de R. Luxemburg, H. Arendt, et des féministes historiennes et philosophes comme Silvia Federici, Tithi Bhattacharya, etc…. sur le même sujet,

nous montrons que les procédés confiscatoires du capitalisme initiés lors de « l’accumulation primitive » sont continuellement en œuvre dans le capitalisme actuel. Ces procédés peuvent se décliner en trois circuits qui fondent le capitalisme actuel : (1-) circuit de production des biens et des services générant la plus-value, (2-) circuit de production et de reproduction de la force de travail, (3-) circuit de production et de reproduction des moyens de production. Les 2.ième et 3.ième circuits on trait à la production et à la reproduction des moyens de production, qu’ils soit humains et sociétaux (moyens de production de la force de travail) ou matériels (locaux, machines). Le « bon » fonctionnement du circuit principal, celui générant la plus-value, est lié aux procédés confiscatoires similaires de ces deux circuits relatifs à tous les moyens de production.

Pour accéder maintenant à cet article, cliquez ICI



Citer ce billet
André Moulin (2021, 6 décembre). Les trois circuits du capitalisme. L'économie au prisme des moyens de production. Consulté le 15 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/rnl4

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search