Approche spinoziste de la finance et de l’économie réelle et critique de l’approche du manifeste des économistes atterrés

Pour accéder directement à cet article, cliquez ICI

Cet article part (1-) d’une citation de Marx sur la lourdeur et la pesanteur de la production que doit subir le capitaliste pour « faire du fric » et (2-) d’une citation de Keynes disant que l’incertitude économique est non probabilisable.

La production de biens et de services procède d’une mise en œuvre, sous la conduite de la raison, d’organisations, de procédures, de prévisions. Même si elle est soumise à des aléas (ex : les « forces majeures » précisées dans les contrats), cette production est assez prévisible. Pourtant, l’économie, dont la production de biens et de services jusqu’à leur mise à disposition est la part essentielle, est soumise à des crises, des soubresauts imprévisibles. Il y a là une contradiction.

Pour comprendre cette apparente contradiction entre ces deux citations de Marx et Keynes, notre article décrit l’origine des liens très déséquilibrés en faveur de la sphère financière sur la sphère de mise à disposition (MàD) de biens et de services : l’introduction du concept de « responsabilité limitée » dans les lois en France (de 1863 et 1867) et en UK (de 1856 à 1862).

La prise en compte de ce concept permet d’abord de bien différencier la logique de la sphère financière de la logique intrinsèque de la sphère de MàD de biens et de services, puis de considérer ces liens déséquilibrés permettant à la finance de subsumer l’économie réelle  :

(a-) La logique financière est uniquement fondée sur des prémisses poussées par les affects, les désirs des capitalistes, bien peu nombreux et jouant chacun pour eux. Elle est donc aussi imprévisible que leurs affects. La sphère financière n’est pas « ancrée dans l’économie réelle » : elle n’épouse pas, loin sans faut, ses finalités et ses contraintes.

(b-) La logique de MàD de biens et de services a forcément des prémisses fondées sur des « nécessités de la nature », parmi ces nécessités les besoins et les désirs des clients et les difficultés de toutes sortes bien réelles pour produire ce qui est attendu. Elle a donc une certaine prévisibilité. Toutefois, elle subit les prémisses et l’imprévisibilité de la sphère financière du fait des liens dominants de celle-ci.

Notre thèse est donc de dire que ce sont ces liens dominants, domination permise par ce concept de « responsabilité limitée » inscrit dans les lois, qui expliquent le point de vue de Keynes et qui provoquent cette incertitude économique non probabilisable et les crises de toutes sortes.

Pour accéder maintenant à cet article, cliquez ICI



Citer ce billet
André Moulin (2021, 6 décembre). Approche spinoziste de la finance et de l’économie réelle et critique de l’approche du manifeste des économistes atterrés. L'économie au prisme des moyens de production. Consulté le 19 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/rnl7

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search