Article (C-1-p) Pour un total respect de la propriété, collectif des salariés actionnaire selon sa contribution aux moyens de production

Pour accéder directement à cet article, cliquez ICI

Cet article (C-1-p) Pour un total respect de la propriété, collectif des salariés actionnaire selon sa contribution aux moyens de production est sous Creative Commons BY-SA 4.0.

Cet article est un plaidoyer pour le strict respect de la propriété et des droits qui vont avec. Ce strict respect casse le capitalisme en supprimant l’exclusivité d’appropriation des moyens de production par les actionnaires quel que soit le montant de leur mise, exclusivité qui viole l’énoncé de l’échange et appropriation marchands : seul celui qui paye s’approprie.

Dans cet article, comme dans tous les autres, nous distinguons clairement ceux qui possèdent les moyens de production et ceux qui n’ont que leur force de travail à proposer. Dans la plupart des écrits, dont les écrits « marxistes », il est considéré que l’actionnaire (« le capitaliste ») possède les moyens de production et que le collectif de salariés n’apporte que sa force de travail.

Dans nos articles Qui paye et qui s’approprie les moyens de production et lecture critique des Principes d’economie politique (Charles Gide, 1931)) nous clarifions, dans le chapitre Explicitation des concepts mobilisés dans nos analyses les rôles respectifs de l’actionnaire et du collectif de salariés dans l’entreprise :

a-) l’actionnaire apporte une « amorce », le capital social, pour démarrer l’activité et la soutenir si nécessaire, amorce permettant la mise à disposition de quelques moyens de production,

b-) le collectif de salariés crée et vend de la richesse lui permettant (1-) de SE payer SES salaires et les charges, (2-) de rémunérer l’actionnaire pour « l’amorce » qu’il a misé, (3-) d’investir dans les moyens de productions, si nécessaire en empruntant et en remboursant.

Dans nos articles, nous montrons, chiffres à l’appui, que le collectif de salariés contribue beaucoup plus que l’actionnaire aux moyens de production, le « capital réel » selon Ch. Gide.

Bref, l’actionnaire apporte le « capital actionnarial » et le collectif de salariés apporte ce que nous pouvons appeler le  « capital du travail », afin de financer ensemble le « capital réel ».

Prenant acte de ce fait, nous en déduisons la nécessaire et légitime appropriation des moyens de production par le collectif de salariés, au même titre que les actionnaires : au prorata de sa contribution (Voir, à ce propos, les articles de notre rubrique Sortir du capitalisme (au prisme des moyens de production)).

Dans cet article, notre question principale est la suivante : pourquoi l’appropriation des moyens de production n’est-elle pas un sujet porteur, alors que l’usage de la propriété, dont l’exploitation qu’elle permet, l’est :

l’appropriation des moyens de production n’est ni un sujet porteur pour les intellectuels, économistes, de gauche, du fait de leurs émotions et discriminations épistémiques, ni un sujet porteur pour les « masses » à mobiliser par un discours politique et social.

Pour répondre à cette question, cet article :

0-) renvoie à nos articles déjà écrits sur les émotions et discriminations épistémiques des intellectuels « de gauche »

1-) rappelle nos propositions et celles des articles mobilisés sur la propriété des moyens de production par le collectif de salariés,

2-) commente les discours et argumentaires de ces propositions similaires antérieures à la nôtre,

3-) déconstruit les préjugés « de gauche » sur la propriété (des moyens de production)

4-) esquisse un argumentaire susceptible d’être compris et accepté par les « masses »

5-) se demande qui peut porter ce discours.

Pour accéder maintenant à cet article, cliquez ICI



Citer ce billet
André Moulin (2023, 30 août). Article (C-1-p) Pour un total respect de la propriété, collectif des salariés actionnaire selon sa contribution aux moyens de production. L'économie au prisme des moyens de production. Consulté le 15 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/rnlj

Une réponse sur “Article (C-1-p) Pour un total respect de la propriété, collectif des salariés actionnaire selon sa contribution aux moyens de production”

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search