Article (D-8) Avec Lordon, Piketty et tous les autres économistes, pas de danger pour le capital au XXIe siècle

Le titre de cet article est un clin d’œil à l’article de F. Lordon « Avec Thomas Piketty, pas de danger pour le capital au XXIe siècle » paru dans Le monde diplomatique en Avril 2015.

Pour accéder directement à cet article, cliquez ICI

Néanmoins, envers les économistes et les travaux cités, notre article n’a ni la verve, ni l’ironie du talentueux article cité de F. Lordon mais il aboutit à la même conclusion : compte tenu des sujets étudiés, des approches mobilisées, des jugements prononcés et des évolutions proposées par les auteurs cités, il n’y a « pas de danger pour le capital au XXIe siècle ».

Pour « Ne pas se raconter d’histoire » cet article rappelle quelques bases factuelles à propos du pouvoir du fait de la maîtrise des moyens de production, de la « responsabilité limitée », de la non existence juridique de l’entreprise et de la sphère financière.

Ensuite, cet article analyse quelques discours et propositions (Celles de B. Friot et F. Lordon, F. Morin, B. Borrits, T. Piketty), « résolument de gauche » d’après leurs auteurs respectifs, pour montrer que, au regard des bases rappelées, on se raconte beaucoup d’histoires, notamment sur la force des arguments moraux face aux droits fondamentaux : il n’y a donc « pas de danger pour le capital au XXIe siècle ».

Les discours sur les thèmes suivants sont analysés : (1-) discours « juridiques » sur les actionnaires, (2-) (absence de ..) discours sur l’acquisition des moyens de production, (3-) confusion actionnaires-entreprises, (4-) discours sur la plus-value, sur son usage et sur la sphère financière, (5-) nombreux discours sur l’exploitation, (6-) les évolutions proposées.

Pour accéder maintenant à cet article, cliquez ICI

Sortir du capitalisme, discussion à partir des propositions de Friot et Lordon

Pour accéder directement à cet article, cliquez ICI

Cet article discute les propositions de B. Friot et F. Lordon pour sortir du capitalisme, et esquisse ensuite des propositions complémentaires, notamment à propos de la rupture initiale à faire (très peu évoquée par l’un et l’autre) et des discours à tenir pour obtenir l’adhésion déterminée de presque tous durant cette rupture. Cette rupture initiale a pour seul objectif la remise en cause des « rapports sociaux d’appropriation » des moyens de production à but lucratif, à savoir casser le monopole d’appropriation par les actionnaires en permettant au collectif de travail de s’approprier les moyens de production au prorata de sa contribution à ceux-ci.

A propos des propositions de Friot-Lordon, cet article aborde quatre points : (1-) argumentaire de la transformation, (2-) acceptabilité de leur solution, (3-) interrogations sur l’anthropologie citoyenne retenue implicitement, (4-) quels sont les « équilibres » économiques à respecter ?

Pour accéder maintenant à cet article, cliquez ICI

 Actionnaires et entreprise propriétaires des moyens de production selon leur contribution

Pour accéder directement à cet article, cliquez ICI

Cet article(1-) rappelle tout d’abord les règles d’acquisition des moyens de production à but lucratif, règles très différentes de celles appliquées pour l’appropriation des autres biens, dont les moyens de production à but non lucratif, puis (2-) en présente quelques grands effets et enfin (3-) propose l’application des mêmes règles d’acquisition pour tout bien, permettant alors à la société-entreprise et aux actionnaires d’être propriétaires des moyens de production (donc dépositaires des droits qui vont avec), chacun au prorata de leurs contributions respectives à ceux-ci.

Pour accéder maintenant à cet article, cliquez ICI

Transition nécessaire pour sortir du capitalisme

Pour accéder directement à cet article, cliquez ICI

Cet article propose deux scénarios :

« Genèse et perpétuation du capitalisme » raconte une histoire passée et présente pour montrer que l’exploitation des salariés et l’accaparement de la plus-value n’est qu’une partie de l’accaparement : le principal accaparement est celui, exclusif, des moyens de production et c’est cet accaparement exclusif qui fonde la puissance et le pouvoir du capitaliste autant sur le politique que sur ceux qui n’ont que leur force de travail.

« Sortie du capitalisme » raconte une histoire future possible, une histoire « résolument de gauche » puisqu’elle décrit une transition qui casse l’exclusivité du capitaliste à posséder les moyens de production, exclusivité légale qui fonde sa puissance. Cette histoire prend en compte (1-) les sociétés existantes ou nouvelles, (2-) tout type de « production » (industrielle, agricole, immobilière, financière) et (3-) les rapports entre les différents protagonistes (collectif de travail, actionnaires, sphère financière et État). Deux annexes évoquent les changements juridiques nécessaires et détaillent le processus de transition.

Ces deux histoires reposent sur ce que nous considérons être LA caractéristique principale du capitalisme : les procédés d’appropriation des moyens de production « à but lucratif » par les seuls actionnaires, procédés qui les rendent propriétaires exclusifs de ces moyens quelles que soient leurs contributions à ceux-ci.

Ce n’est donc pas la propriété des moyens de production qui est remise en cause mais l’exclusivité de cette propriété par les actionnaires.

Pour accéder maintenant à cet article, cliquez ICI

Article (C-1-g) Capitalisme au 19. siècle – trois évolutions juridiques déterminantes

Pour accéder directement à cet article, cliquez ICI

Le concept de « responsabilité limitée » et sa mise en œuvre dans les lois au 19. siècle (ex : en France, lois du 23 mai 1863 puis du 24 juillet 1867 ; en Angleterre lois de 1856 à 1862 sur les Joint-Stock Company limited) compte, d’après Y.N. Harari dans son célèbre ouvrage SAPIENS, « parmi les inventions les plus ingénieuses de l’humanité ». Elle permet en effet aux actionnaires d’accroître le patrimoine productif qu’ils contrôlent (locaux, machines, véhicules, etc..) et dont ils tirent bénéfice en limitant au maximum leur mise et leur risque financier : les actionnaires tout puissants font porter à l’entreprise la majeure partie des investissements et tous les risques alors que celle-ci est inexistante en droit mais est donc susceptible de disparaître, au grand dam de son personnel, en cas d’insatisfaction des actionnaires quant aux résultats obtenus.

La loi de 1901 sur les associations, en mobilisant le concept nouveau de personne morale, permet à celles-ci d’être sujets de droit, de posséder des biens, d’avoir une activité commerciale et d’être lucratives, et ce comme une entreprise. Par contre, les éventuels bénéfices ne peuvent être partagés : ils doivent rester sur le compte de l’association et être utilisés conformément à son objet.

Enfin, la loi du 26/04/1917 sur les sociétés anonymes de production ouvrière (SAPO) considère d’emblée le « collectif de salariés » comme un sujet de droit, pouvant posséder collectivement (et non individuellement par chacun) des « actions de travail » donnant les mêmes prérogatives que les « actions des actionnaires ».

Cet article expose (1-) les débats précédant les lois de 1863 et 1901 en y soulignant les préoccupations de l’époque, (2-) la similitude fonctionnelle entre entreprises et associations, (3-) les précisions nécessaires pour considérer la « responsabilité limitée » et les astuces financières permises par cette ingénieuse invention, (4-) les discours des « socialistes » de l’époque et des gens « de gauche » aujourd’hui, et (5-) l’impact majeur d’une entreprise sujet de droit sur l’appropriation capitalistique : de la « responsabilité limitée » à la « responsabilité et propriété partagées ».

Pour accéder maintenant à cet article, cliquez ICI

Article (D-a) Commentaires sur les critiques de “Le_capital au XXIe siecle” par F. Lordon et J Perichaud

Pour accéder directement à cet article, cliquez ICI

Cet article discute les articles critiques de F. Lordon et de J. Périchaud sur l’ouvrage « Le capital du 21. siècle » de T. Piketty. Il en discute les points suivants : (1-) les définitions de « capital » par Piketty, Périchaud et Lordon (et Marx), (2-) les critiques de Périchaud et Lordon du fait de ces définitions, (3-) la caractéristique du capitalisme renvoyant dos à dos Piketty et Périchaud-Lordon.

Cette discussion repose sur les bases du système de production et de mise à disposition de biens et de services que nous considérons comme les plus importantes : les moyens de production, et ce pour répondre à deux questions : qui les financent et qui les possèdent. Notre approche se veut marxiste (en distinguant ceux qui possèdent et gouvernent les moyens de production et ceux qui n’ont que leur force de travail à proposer) et matérialiste (elle ne s’embarrasse pas d’histoires et de concepts et se concentre sur les faits)

Cette discussion renvoie à des articles déjà disponibles dans cette même rubrique “Analyse du capitalisme actuel au prisme des moyens de production”.

Tous ces articles reposent sur le même constat : seuls les « capitalistes » possèdent de fait et gouvernent les moyens de production, alors qu’ils n’y participent financièrement que peu : du fait de la responsabilité limitée et de l’inexistence juridique de l’entreprise, celle-ci contribue beaucoup plus aux moyens de production mais ne peut en être propriétaire au titre de sa contribution : l’entreprise finance les moyens de production que possède le capitaliste, et ce en plus des dividendes et rachat d’actions qu’elle lui verse, tout en payant tout le reste (salaires et charges, impôts et taxes, etc..).

Pour accéder maintenant à cet article, cliquez ICI

Approche spinoziste de la finance et de l’économie réelle et critique de l’approche du manifeste des économistes atterrés

Pour accéder directement à cet article, cliquez ICI

Cet article part (1-) d’une citation de Marx sur la lourdeur et la pesanteur de la production que doit subir le capitaliste pour « faire du fric » et (2-) d’une citation de Keynes disant que l’incertitude économique est non probabilisable.

La production de biens et de services procède d’une mise en œuvre, sous la conduite de la raison, d’organisations, de procédures, de prévisions. Même si elle est soumise à des aléas (ex : les « forces majeures » précisées dans les contrats), cette production est assez prévisible. Pourtant, l’économie, dont la production de biens et de services jusqu’à leur mise à disposition est la part essentielle, est soumise à des crises, des soubresauts imprévisibles. Il y a là une contradiction.

Pour comprendre cette apparente contradiction entre ces deux citations de Marx et Keynes, notre article décrit l’origine des liens très déséquilibrés en faveur de la sphère financière sur la sphère de mise à disposition (MàD) de biens et de services : l’introduction du concept de « responsabilité limitée » dans les lois en France (de 1863 et 1867) et en UK (de 1856 à 1862).

La prise en compte de ce concept permet d’abord de bien différencier la logique de la sphère financière de la logique intrinsèque de la sphère de MàD de biens et de services, puis de considérer ces liens déséquilibrés permettant à la finance de subsumer l’économie réelle  :

(a-) La logique financière est uniquement fondée sur des prémisses poussées par les affects, les désirs des capitalistes, bien peu nombreux et jouant chacun pour eux. Elle est donc aussi imprévisible que leurs affects. La sphère financière n’est pas « ancrée dans l’économie réelle » : elle n’épouse pas, loin sans faut, ses finalités et ses contraintes.

(b-) La logique de MàD de biens et de services a forcément des prémisses fondées sur des « nécessités de la nature », parmi ces nécessités les besoins et les désirs des clients et les difficultés de toutes sortes bien réelles pour produire ce qui est attendu. Elle a donc une certaine prévisibilité. Toutefois, elle subit les prémisses et l’imprévisibilité de la sphère financière du fait des liens dominants de celle-ci.

Notre thèse est donc de dire que ce sont ces liens dominants, domination permise par ce concept de « responsabilité limitée » inscrit dans les lois, qui expliquent le point de vue de Keynes et qui provoquent cette incertitude économique non probabilisable et les crises de toutes sortes.

Pour accéder maintenant à cet article, cliquez ICI

Absence d’analyse marxiste des causes de la puissance du capitaliste

Pour accéder directement à cet article, cliquez ICI

Cet article propose tout d’abord une brève histoire des discours marxistes sur le Capitalisme : en partant des premiers discours de Marx, il mentionne les discours marxistes prolongeant ses analyses relatives à la valeur, à la plus-value, à son extraction et accaparement. Il relève ensuite la tendance des marxistes actuels à ne considérer le « néolibéralisme » (le capitalisme actuel) qu’au prisme de l’État et de la sphère politique en général : ainsi, le manifeste des économistes atterrés montre cette tendance en ne se polarisant que sur la finance vs l’État (et l’Europe) et des ouvrages plus militants comme celui de B. Friot (« vaincre Macron ») ou d’ATTAC (« l’imposture Macron ») illustrent cette même tendance.

Pour accéder maintenant à cet article, cliquez ICI

Critique des discours actionnarial et marxiste sur l’acquisition des moyens de production

Pour accéder directement à cet article, cliquez ICI

Cet article (1-) distingue les deux parties prenantes de la production de biens et de service lorsqu’elle est à but lucratif, à savoir les actionnaires et le collectif de travail de l’entreprise, (2-) distingue les « moyens de production » et les « biens et services » produits et mis à disposition grâce à ces moyens, (3-) présente quelques procédés d’acquisition montrant la maigre contribution de l’actionnaire pourtant seul propriétaire, (4-) explicite l’artifice juridique permettant cela, (5-) discute quelques discours quant à la rentabilité du capital, (6-) discute quelques écrits de Marx et de marxistes pour montrer l’aporie de leurs discours quant aux règles d’acquisition des moyens de production et au rôle du collectif de travail, (7-) considère des évolutions proposées (celles de T. Piketty, B. Friot, F. Lordon) au regard de tous ces écrits et de notre analyse.

Pour accéder maintenant à cet article, cliquez ICI

Les trois circuits du capitalisme

Pour accéder directement à cet article, cliquez ICI

Dans ce court article, en mobilisant les écrits de Marx sur l’accumulation « primitive » (ou « initiale ») ainsi que les écrits de R. Luxemburg, H. Arendt, et des féministes historiennes et philosophes comme Silvia Federici, Tithi Bhattacharya, etc…. sur le même sujet,

nous montrons que les procédés confiscatoires du capitalisme initiés lors de « l’accumulation primitive » sont continuellement en œuvre dans le capitalisme actuel. Ces procédés peuvent se décliner en trois circuits qui fondent le capitalisme actuel : (1-) circuit de production des biens et des services générant la plus-value, (2-) circuit de production et de reproduction de la force de travail, (3-) circuit de production et de reproduction des moyens de production. Les 2.ième et 3.ième circuits on trait à la production et à la reproduction des moyens de production, qu’ils soit humains et sociétaux (moyens de production de la force de travail) ou matériels (locaux, machines). Le « bon » fonctionnement du circuit principal, celui générant la plus-value, est lié aux procédés confiscatoires similaires de ces deux circuits relatifs à tous les moyens de production.

Pour accéder maintenant à cet article, cliquez ICI

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search