Article (C-1-r) Dialectique capital-travail, impasse pour changer le capitalisme

Cet article (C-1-r) Dialectique capital-travail, impasse pour changer le capitalisme est sous Creative Commons BY-SA 4.0.

Pour accéder directement à cet article, cliquez ICI

Actuellement, la dialectique « capital-travail » est mobilisée par toutes les personnes traitant des activités économiques et financières, que ce soient des politiques de tout bord ou des économistes de toute obédience, de « mainstream » à marxistes.

Cette dialectique « capital » – « travail » conduit à l’énoncé suivant : l’actionnaire apporte tout le « capital » pour acquérir tous les actifs de la société, les moyens pour produire, et le salarié apporte le « travail », travail rétribué par un salaire comme solde de tout compte.

Cet énoncé étant déclaré « vrai », les sujets de luttes sociales sont limités, (1-) dans un registre réformiste, à conditions de travail et à juste salaire ou, (2-) dans un registre « anti-capitaliste », à l’abolition de la propriété des moyens de production, seule solution radicale envisagée pour abolir la domination et l’exploitation permises par cette propriété. Comme le montrent toutes les analyses historiques des luttes sociales, ces deux possibilités sont des impasses pour changer le capitalisme : nous constatons que les « capitalistes » sont de plus en plus dominants et puissants.

Cet article remet tout d’abord en cause le bien fondé épistémique de cette dialectique : elle pose mal le problème. Puis, à partir des procédés financiers « effet de levier » et « rachat d’actions », cet article montre la fausseté de l’énoncé auquel conduit cette dialectique.

Ensuite, en personnalisant cette dialectique du fait de cet énoncé (la dialectique « actionnaires-salariés »), cet article intercale le « collectif de salariés » entre « actionnaires » et « salariés ». Cela permet de montrer que ce collectif contribue beaucoup plus que les actionnaires aux moyens de production, aux actifs de l’entreprise, bref au « capital ».

Enfin, le concept d’appropriation, préalable à la propriété, est mobilisé pour décrire beaucoup plus exactement la réalité économique afin de sortir de l’impasse pour changer le capitalisme. Nous montrons que ce n’est pas la propriété et les droits qui vont avec qui sont à remettre en cause, mais les procédés d’appropriation fondés sur l’inexistence juridique du « collectif de salariés ».

Pour accéder maintenant à cet article, cliquez ICI

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search