Article (D-k) Trois valorisations des biens et des titres de propriété

Cet article traitera de la valorisation marchande d’une chose : (1-) valorisation marxienne (valeur travail) dans la sphère de production, (2-) valorisation walrassienne (valeur utilité) dans la sphère de l’échange marchand (valorisations (1-) et (2-) attachées à la chose) et (3-) « économie des relations » et non substantielle (A. Orléan dans L’Empire de la valeur) dans la sphère financière.

Cet article se préoccupera de la valeur, telle qu’elle est conceptualisée dans les trois sphères que nous proposons pour l’analyser : production, échange marchand pour consommation, échange marchand pour spéculation (ex : sur des titres de propriété comme les actions)..

La valeur utilité des théoriciens néoclassiques (Jevons, Menger et Walras, fin du XIXème siècle ) est aujourd’hui le paradigme dominant des économistes orthodoxes traitant des échanges marchands.

Article (C-1-r) Dialectique capital-travail, impasse pour changer le capitalisme

Cet article (C-1-r) Dialectique capital-travail, impasse pour changer le capitalisme est sous Creative Commons BY-SA 4.0.

Pour accéder directement à cet article, cliquez ICI

Actuellement, la dialectique « capital-travail » est mobilisée par toutes les personnes traitant des activités économiques et financières, que ce soient des politiques de tout bord ou des économistes de toute obédience, de « mainstream » à marxistes.

Cette dialectique « capital » – « travail » conduit à l’énoncé suivant : l’actionnaire apporte tout le « capital » pour acquérir tous les actifs de la société, les moyens pour produire, et le salarié apporte le « travail », travail rétribué par un salaire comme solde de tout compte.

Cet énoncé étant déclaré « vrai », les sujets de luttes sociales sont limités, (1-) dans un registre réformiste, à conditions de travail et à juste salaire ou, (2-) dans un registre « anti-capitaliste », à l’abolition de la propriété des moyens de production, seule solution radicale envisagée pour abolir la domination et l’exploitation permises par cette propriété. Comme le montrent toutes les analyses historiques des luttes sociales, ces deux possibilités sont des impasses pour changer le capitalisme : nous constatons que les « capitalistes » sont de plus en plus dominants et puissants.

Cet article remet tout d’abord en cause le bien fondé épistémique de cette dialectique : elle pose mal le problème. Puis, à partir des procédés financiers « effet de levier » et « rachat d’actions », cet article montre la fausseté de l’énoncé auquel conduit cette dialectique.

Ensuite, en personnalisant cette dialectique du fait de cet énoncé (la dialectique « actionnaires-salariés »), cet article intercale le « collectif de salariés » entre « actionnaires » et « salariés ». Cela permet de montrer que ce collectif contribue beaucoup plus que les actionnaires aux moyens de production, aux actifs de l’entreprise, bref au « capital ».

Enfin, le concept d’appropriation, préalable à la propriété, est mobilisé pour décrire beaucoup plus exactement la réalité économique afin de sortir de l’impasse pour changer le capitalisme. Nous montrons que ce n’est pas la propriété et les droits qui vont avec qui sont à remettre en cause, mais les procédés d’appropriation fondés sur l’inexistence juridique du « collectif de salariés ».

Pour accéder maintenant à cet article, cliquez ICI

Article (C-1-q) Permanence de l’appropriation initiale sans scrupules

Cet article (C-1-q) Permanence de l’appropriation initiale sans scrupules est sous Creative Commons BY-SA 4.0.

Pour accéder immédiatement à cet article avec notes de bas de page et un commentaire critique sur “l’accumulation primitive” vue par Marx, cliquer ICI (fichier pdf téléchargeable)

L’appropriation initiale sans scrupules a été, par exemple, celle des terres communales par les lords anglais au détriment des communautés paysannes, non sujets de droit, lors du mouvement des enclosures. Cet article montre la permanence de l’appropriation initiale sans scrupules caractérisant l’économique capitaliste, ex : bien communs naturels au détriment de la nature, non sujet de droit, et moyens de production au détriment du collectif de salariés, non sujet de droit.

Nous montrons dans divers autres articles ( ex : article Qui paye et qui s’approprie les moyens de production ) que cette modalité d’appropriation entraîne l’exclusivité d’appropriation des moyens de production par les actionnaires, exclusivité qui permet l’exploitation sans retenue de la grande majorité de ceux qui n’ont que leur force de travail à proposer par une minorité.

Définitions et descriptions des diverses appropriations

Nous considérons l’appropriation « initiale », puis les appropriations « secondaires », puis, pour chacune, la modalité « au mérite » ou « sans scrupules ». Enfin, nous distinguons accumulation et appropriation.

Un bien, objet de droit, est approprié initialement s’il n’a pas encore été la propriété d’un sujet de droit.

Dès qu’il est propriété d’une personne physique ou morale, un bien peut être approprié par d’autres, appropriation « secondaire », transfert de propriété entre ancien et nouveau propriétaire.

Remarque: un bien complexe procède d’appropriations secondaires (ex: composants, local vide) et d’un travail complémentaire (ex : machines assemblées et installées dans un local, prêtes à produire ; véhicules assemblés). Il devrait alors être l’objet d’une appropriation initiale par ceux qui ont accompli ce travail complémentaire.

Pour chaque appropriation, « initiale » ou « secondaire », nous donnons quelques exemples d’appropriation « au mérite » ou « sans scrupules ».

Appropriation, « initiale » « au mérite » : fabriquer un bien et en être propriétaire SI le fabricant est une personne, sujet de droit. C’est l’appropriation théorisée par J. Locke (Propriété « au mérite »).

Appropriation initiale « sans scrupules », liste non exhaustive :

(1-) S’approprier un bien « produit » par la nature, non sujet de droit, ex : ressources naturelles, eau, êtres vivants (végétaux, cellules particulières, etc.), etc..

Remarque : un État politiquement assez fort peut établir des concessions d’exploitation moyennant finance. L’appropriation initiale est alors « au mérite » (ex : pétrole de la Norvège)

(2-) Déni de l’appropriation initiale au mérite : exclusivité de possession d’un moulin ou d’un four banal par le seigneur et interdiction aux autres d’en posséder, même fabriqué par eux,

(3-) S’approprier un bien produit par des gens qui n’existent pas en droit, bien dont personne n’a encore pu revendiquer la propriété, ex: (a-) terres cultivables des paysans, des serfs, des autochtones des colonies africaines et américaines, (b-) appropriation par l’actionnaire de tous les actifs (moyens de production) de l’entreprise, y compris de ceux auxquels SEUL le collectif de salariés, non sujet de droit, a contribué.

Remarque 1 : En versant le « capital social », l’actionnaire semble s’approprier par échange marchand quelques moyens de production mis en œuvre par le collectif de salariés. Compte tenu du versement de ce « capital social », nous considérons qu’il s’agît là d’une appropriation initiale « au mérite ». Ensuite, il s’approprie de facto les moyens de production auxquels seul le collectif de salariés a contribué. Il s’agit alors d’une appropriation initiale « sans scrupules » dans la mesure ou ces moyens ne sont encore propriétaire de personne, le collectif de salarié n’étant pas sujet de droit. Le bilan comptable d’une entreprise montre clairement la contribution des actionnaires, le « capital social », et l’ensemble des actifs dont ils sont de facto propriétaires.

Remarque 2 : les actionnaires d’une exploitation minière « bénéficient » de deux appropriations initiales sans scrupule, la (1-) et la (3-b).

Remarque 3 : le « rachat d’actions » est un processus inverse de l’appropriation initiale sans scrupules : des actions, titres de propriété, sont « annulées » après avoir été « rachetées » par l’entreprise, son collectif de salariés : un non sujet de droit ne peut pas être propriétaire.

Une fois faite l’appropriation initiale, les appropriation secondaires successives se font, en général pacifiquement, « au mérite », par l’échange marchand, ex : (a-) acheter un logement à quelqu’un ou au promoteur qui l’a fait construire, (b-) échange ou ventes d’actions (ou autres titres de propriété comme une créance de dette) dans le marché secondaire de la sphère financière.

Le vol est un exemple d’appropriation secondaire « sans scrupules ».

Une fois approprié, un bien peut rapporter et cette rente peut être « accumulée », ex : (1-) Obliger les paysans à utiliser un moulin ou un four banal, en payant une taxe (le « ban ») au seigneur, (2-) Usage commercial d’un local loué ou acheté, (3-) Accaparement par l’actionnaire d’une grande partie de la plus-value, de la richesse produite en utilisant les moyens de production qu’il possède, la plus grande partie par appropriation initiale « sans scrupules ».

Remarque : C’est la plus-value accaparée qui est accumulée. L’analyse marxiste ne voit que ce premier circuit dans le capitalisme de production de biens et de services. En effet, Marx écrit dans tous ses ouvrages que le capitaliste paye, avec sa fortune, TOUS les moyens de production, et même le fil et les salaires. C’était encore vrai de son temps, mais est devenu faux après les lois des années 1860 sur la « responsabilité limitée ».

Pour accéder maintenant à cet article avec notes de bas de page et un commentaire critique sur “l’accumulation primitive” vue par Marx, cliquer ICI (fichier pdf téléchargeable)

Article (C-1-m) analyse de projets de propriété collective du capital par les salariés

Cet article (C-1-m) analyse de projets de propriété collective du capital par les salariés est sous Creative Commons BY-SA 4.0.

Pour accéder directement à cet article, cliquez ICI

Notre article repose en particulier sur l’article Work, Justice, and Collective Capital Institutions: Revisiting Rudolf Meidner and the Case for Wage-Earner Funds, article dont le résumé est en annexe.

Notre article propose une analyse critique de l’expérience suédoise des années 1970-80 de l’octroi d’une propriété collective d’une fraction du capital d’une entreprise par ses salariés.

Il présente d’abord la proposition originelle des syndicats, inspirée par l’économiste Rudolf Meidner, son évolution et sa mise en œuvre par le gouvernement social-démocrate de l’époque. Il présente également les variantes proposées en UK et aux USA ces dernières années.

Il analyse et critique ensuite les arguments et fondements de ces propositions (arguments mobilisant des énoncés moraux), dont la faiblesse, au regard du droit fondamental de la propriété, explique largement leur rejet et abandon dès le changement de majorité politique.

Enfin, en utilisant les mêmes solutions juridiques (le collectif de salariés sujet de droit et propriétaire collectif d’actions), notre article propose une argumentation et un fondement beaucoup plus solide pour légitimer cette propriété collective des salariés : leur contribution effective à l’investissement et aux moyens de production leur donnent le droit d’être propriétaires collectifs, au même titre que les actionnaires du fait de leur contribution nommée « capital social ».

Les deux questions Qui paye et qui s’approprie les moyens de production, les réponses apportées (lorsque nous analysons les ouvrages à propos de l’activité économique capitaliste actuelle) et les réponses proposées (lorsque nous analysons les ouvrages proposant des évolutions ou lorsque nous en proposons) sont en filigrane de cet article et de tous les autres mentionnés. Ces deux questions, ainsi que les réponses apportées ou proposées sont synthétisées dans notre article Qui paye et qui s’approprie les moyens de production.

Pour accéder maintenant à cet article, cliquez ICI

Sortir du capitalisme (au prisme des moyens de production)

Cette rubrique comprend des articles discutant et complétant des propositions « résolument de gauche » pour sortir du capitalisme, ainsi que des articles présentant nos propositions de sortie du capitalisme.

Pour sortir du capitalisme, un court manifeste est proposé pour revendiquer un partage du pouvoir et des bénéfices entre actionnaires et le collectif de salariés de l’entreprise, dont son PdG, et ce au prorata de la contribution de chacun aux moyens de production.

Tous les articles de cette rubrique sont sous Creative Commons BY-SA 4.0. :

Dernier article :

Casser le capitalisme avec les libertariens et Locke

puis

Un récent article plaidant pour le strict respect de la propriété et des règles d’appropriation afin de casser le capitalisme actuel :

Pour un total respect de la propriété, collectif des salariés actionnaire selon sa contribution aux moyens de production

Un court article résumant notre approche “au prisme des moyens de production” :

Qui paye et qui s’approprie les moyens de production

Un très court article résumant ce cahier de recherche :

Caractéristiques, genèse et sortie des règles capitalistes

puis :

Analyse de projets de propriété collective du capital par les salariés

and its english version : Analysis of employee collective ownership projects

Transition nécessaire pour sortir du capitalisme 

Actionnaires et entreprise propriétaires des moyens de production selon leur contribution

Sortir du capitalisme, discussion à partir des propositions de Friot et Lordon

Avec Lordon, Piketty et tous les autres économistes, pas de danger pour le capital au XXIe siècle

Compléments aux propositions libérales de Valérie Charolles

Analyse du capitalisme actuel au prisme des moyens de production

Cette rubrique comprend des articles sur la genèse et la perpétuation du capitalisme, ainsi que des articles discutant les approches de Marx et des marxistes sur le sujet, approches ne prenant pas en compte l’évolution, depuis Marx, du circuit de production et de reproduction des moyens de production, évolution due à la « responsabilité limitée ».

Tous les articles de cette rubrique sont sous Creative Commons BY-SA 4.0. :

Tous derniers articles :

un article analysant les résultats de l’année 2022 ou 2023 de grandes sociétés du CAC 40, pour illustrer les articles suivants :

Dans le CAC 40 qui possède et profite le plus sans payer

puis

Trois valorisations et prévention des crises

Dernier article :

Casser le capitalisme avec les libertariens et Locke

puis

Trois articles récents :

L’un, très court, montrant la permanence, depuis au moins le Moyen Âge, de l’appropriation initiale “sans scrupules”, cause principale de la domination des “capitalistes”:

Permanence de l’appropriation initiale sans scrupules

L’autre critiquant l’approche “capital-travail” :

Dialectique capital-travail, impasse pour changer le capitalisme

Enfin, un article analysant les résultats de l’année 2022 ou 2023 de grandes sociétés du CAC 40, pour illustrer les articles suivants :

Dans le CAC 40 qui possède et profite le plus sans payer

Un article plaidant pour le strict respect de la propriété et des règles d’appropriation afin de casser le capitalisme actuel :

Pour un total respect de la propriété, collectif des salariés actionnaire selon sa contribution aux moyens de production

Un court article résumant notre approche “au prisme des moyens de production” :

Qui paye et qui s’approprie les moyens de production

Un très court article résumant ce cahier de recherche :

Caractéristiques, genèse et sortie des règles capitalistes

puis :

Court article les trois circuits du capitalisme

Court article Spéculation et rendement du capital avec ou sans croissance

Court article Les trois jalons caractérisant le capitalisme

Lecture critique des Principes d’economie politique (Charles Gide, 1931)

Analyse et complément à la thèse Le_divorce_rentabilite_croissance_dans_le capitalisme financier Th. Dallery

Remarques sur histoire d’une vision conservatrice contre l’égalité de J F Spitz

Discussion des dix propositions de Ernest Mandel

Critique des discours actionnarial et marxiste sur l’acquisition des moyens de production

Critique des discours entrepreneuriaux

Absence d’analyse marxiste des causes de la puissance du capitaliste

Approche spinoziste de la finance et de l’économie réelle et critique de l’approche du manifeste des économistes atterrés 

Commentaires sur les critiques de Le_capital_au_XXIe_siecle par F. Lordon et J Perichaud 

Capitalisme au 19. siècle – deux évolutions juridiques déterminantes

Discussion de l’approche de l’économie par la connerie

Cet article est motivé par le dernier ouvrage de J. Généreux « quand la connerie économique prend le pouvoir » (Seuil, 07/10/2021) qui, comme le précédent (« La déconomie » (Seuil, 10/11/2016)), mobilise le concept de « connerie » pour analyser les discours économiques dominants.

Causes de l’aveuglement des économistes aux moyens de production

Cet article s’étonne de l’indifférence des économistes à la “fiction juridique” qu’est la “responsabilité limitée” des actionnaires et l’inexistence juridique de l’entreprise, alors que c’est elle qui porte les “responsabilités” (et les risques) que ne prennent pas les actionnaires, et surtout que c’est elle, l’entreprise et donc son collectif de travail, qui contribue le plus aux moyens de production, l’actionnaire “limitant” sa mise, mais étant néanmoins propriétaire de tout. Les règles habituelles d’acquisition de biens (il faut payer 100 pour être propriétaire de 100) ne sont pas respectées par cette “fiction juridique”.

Articles Wikipedia évoquant les investissements et moyens de production

Cette rubrique renvoie à des articles de l’encyclopédie Wikipedia évoquant à l’occasion notre problématique principale présentée dans la rubrique « à propos », à savoir le circuit de production et de reproduction des moyens de production : qui contribue à ces moyens et qui les possèdent. Des articles mentionnent les procédés d’appropriation des moyens de production permis par la « responsabilité limitée » et la non-existence juridique de l’entreprise, de son collectif de salariés.

Il suffit de « cliquer » sur le titre de l’article pour accéder à celui-ci.

Un article général :

Acquisition marchande des biens et des moyens de production

Des articles à propos de K. Marx et de ses ouvrages :

Karl Marx ; Le Capital ; Travail salarié et Capital ; Économie marxiste ; baisse tendancielle du taux de profit

Des articles sur les sociétés :

l’entreprise ; Responsabilité limitée ; Société à responsabilité limitée ; Société à responsabilité limitée en France ; Société par actions ; Société anonyme à participation ouvrière; État de la situation financière ou bilan comptable

Des articles sur les acteurs, les procédés d’acquisition et le capital du 21. siècle (Piketty) :

Associé (droit français) ; Investisseur ; Investissement ; Effet de levier ; Capital social ; Achat à effet de levier ; Offre publique de rachat d’actions ; moyens de production ; Le Capital au xxie siècle ;

Composition et actualité

Ce carnet est composé des trois rubriques suivantes :

Articles Wikipedia évoquant les investissements et moyens de production : cette rubrique renvoie à des articles Wikipedia évoquant déjà la problématique principale présentée dans la rubrique « à propos », à savoir le circuit de production et de reproduction des moyens de production : qui contribue à ces moyens et qui les possèdent.

Analyse du capitalisme actuel au prisme des moyens de production : cette rubrique comprend des articles sur la genèse et la perpétuation du capitalisme, ainsi que des articles discutant les approches de Marx et des marxistes sur le sujet, approches ne prenant pas en compte l’évolution, depuis Marx, du circuit de production et de reproduction des moyens de production.

Sortir du capitalisme (au prisme des moyens de production) : cette rubrique comprend des articles discutant et complétant des propositions « résolument de gauche » pour sortir du capitalisme, ainsi que des articles présentant nos propositions de sortie du capitalisme.

Actualisations en fin avril 2024

Article (C-1-r) Dialectique capital-travail, impasse pour changer le capitalisme

Article (d-h) Justice distributive et droits d’acquérir et de propriété

Article (D-i) casser le capitalisme avec les libertariens et Locke

Article (C-1-q) Permanence de l’appropriation initiale sans scrupules

Article (C-1-p) Pour un total respect de la propriété, collectif des salariés actionnaire selon sa contribution aux moyens de production

Article (D-k) Trois valorisations et prévention des crises

Article (C-1-s) Dans le CAC 40 qui possède et profite le plus sans payer

 

Actualisation du 23 octobre 2023

Cette actualisation touche la plupart des articles de ce carnet de recherche.

Dans la plupart de ces articles ont été pris en compte trois choses :

(1-) Le bilan comptable, présentant très clairement la contribution de l’actionnaire (le « capital social ») et celle du collectif de salariés (tout le reste) aux « actifs » de l’entreprise (à ses moyens de production), et montrant donc que l’actionnaire est propriétaire de tout bien qu’il mise très peu et que le collectif de salariés finance presque tout, tout en étant propriétaire de rien, car il n’est pas sujet de droit.

(2-) L’existence possible depuis 1917 de sociétés anonymes de production ouvrières (SAPO) dans lesquelles le collectif de salariés est sujet de droit et propriétaire collectif de quelques actions, mais sans que cette attribution d’actions soit conforme à à leur contribution que montre le bilan,

(3-) Le biais épistémique de la dialectique « capital – travail ». Notre principale critique à cette dialectique est qu’elle associe quelque chose de tangible, le capital, à un process qui n’existe que lorsqu’il est en cours, le travail. Dans tous nos articles, à propos des moyens de production, nous utilisons la dialectique « capital » – « part du produit du travail consacrée aux moyens de production », part que le bilan comptable permet d’évaluer.

Actualisation en fin avril 2023

Dans nos articles des rubriques ci-dessus :

Exemple de bilan (année 2021) de la société de distribution Carrefour montrant la contribution des actionnaires aux actifs moyens de production (1.94 milliard €) et la contribution du collectif de salariés (plus de 45 milliard €).

Rappel actualisation en février 2023

Quatre nouveaux articles ont été mis en ligne

(1-) Article (C-0) qui paye et qui s’approprie les moyens de production

Cet article résume en deux chapitres notre approche des activités économiques « au prisme des moyens de production ».

Il mentionne une structure juridique, la société anonyme à participation ouvrière (SAPO) (lois du 26/04/1917, modifiée par la loi n° 77-748 du 8 juillet 1977) dans laquelle le collectif de salariés est sujet de droit et possède collectivement des actions de l’entreprise. Cette structure juridique est mobilisée dans toutes nos propositions.

(2-) article (C-1-o) lecture critique des Principes d’economie politique (Charles Gide, 1931)

Cet article interroge l’ouvrage majeur de Charles Gide (1931) Principes d’économie politique, en posant simplement deux questions : Qui paye et qui s’approprie les moyens de production.

(3-) Article (C-1-m) analyse de projets de propriété collective du capital par les salariés

and in english: Article (C-1-m) analysis of employee collective ownership projects

Cet article analyse les projets de propriété d’une fraction des actions par le collectif de salariés, projet mis en œuvre en Suède et envisagé en UK et USA.

La mise en œuvre juridique est très proche de ce que nous proposons dans nos articles de la rubrique Sortir du capitalisme (au prisme des moyens de production) de notre carnet L’économie au prisme des moyens de production .

Malheureusement, ces projets sont fondés sur des énoncés moraux (justice sociale, solidarité), qui les rendent très fragiles en face des droits fondamentaux de propriété, alors que nos propositions, juridiquement très similaires, s’appuient sur les droits de propriété du collectif de salariés, droits mérités grâce à leur forte contribution aux investissements, aux moyens de production.

(4-) article (C-1-n) remarques sur histoire d’une vision conservatrice contre l’égalité de J F Spitz

Cet article reprend un article de J.F. Spitz opposant “la droite conservatrice”, pour laquelle “l’égalité des droits” est suffisante, car chacun doit se prendre en charge, et la gauche, pour laquelle cette égalité est insuffisante : des mesures de justice sociale et de solidarité doivent être mises en œuvre pour ceux qui n’ont que leurs forces de travail à proposer.

Notre principale critique repose sur le simple constat qu’il n’y pas “égalité des droits” (ce qu’admet J.F. Spitz tout en disant que c’est insuffisant), en particulier des droits de propriété : comme le montre tous nos articles de la rubrique Analyse du capitalisme actuel au prisme des moyens de production , le capitaliste a l’exclusivité d’appropriation des moyens de production, alors qu’il y contribue beaucoup moins que le collectif de salariés avec sa force de travail.

Les articles suivants ont été modifiés :

article (C-1-f) transition necessaire pour sortir du capitalisme

et

article (C-1-b) Actionnaires et entreprise propriétaires des moyens de production selon leur contribution

Dans ces deux articles, la mise en oeuvre de nos propositions pour que le collectif de salariés soit, au même titre que les actionnaires, propriétaire des moyens de production au prorata de sa contribution à ceux-ci, est beaucoup plus claire et montre que ces propositions ne provoquent, par elles-mêmes, aucune rupture.

L’économie au prisme des moyens de production

Le terme « Au prisme des moyens de production » mérite une explication fondée sur la très nette classification sociale que Marx fait entre ceux qui possèdent les moyens de production et ceux qui n’ont que leur force de travail à proposer. Cette même classification est faite dans bien des articles “entrepreneuriaux” actuels : ils distinguent nettement ceux qui investissent en moyens de production et qui prennent des risques (les actionnaires) et les salariés qui apportent leur force de travail.

Autant ces derniers (les salariés) sont facilement repérables, autant les premiers (les actionnaires) ne le sont plus. Marx, en son temps, les repérait aisément (les capitalistes qui payaient tout avec leur fortune : machines, salaires, fil) mais depuis les lois des années 1860 sur la responsabilité limitée, ce n’est plus le cas : l’entreprise, son collectif de travail, contribue beaucoup plus que le capitaliste aux moyens de production, et ce, en plus de contribuer seule aux salaires, fil, etc… Néanmoins, l’actionnaire (le capitaliste de Marx), qui n’a donc misé qu’un peu, a seul le pouvoir de propriété sur les moyens de production. Notre approche « Au prisme des moyens de production » permet de bien distinguer ceux qui contribuent aux moyens de production et ceux qui les possèdent. La remise en cause de cette non-réciprocité entre contribution et propriété est le préalable de toute remise en cause du capitalisme.

C’est l’objet de notre article Qui paye et qui s’approprie les moyens de production que de résumer (1-) ce qui fonde nos analyses critiques de l’économie actuelle et des écrits qui s’y rapportent, (2-) de présenter une évolution préalable à toute évolution de l’activité économique proposée par les uns et les autres.

Aussi, notre projet considère que l’activité de production et de mise à disposition de biens et de services peut être décomposée en trois circuits : (1-) le circuit de création de richesse, de génération de la plus-value, de sa redistribution et de son accumulation, (2-) le circuit de production et de reproduction de la force de travail, (3-) le circuit de production et reproduction des moyens de production et de mise à disposition.

Le circuit (1-) est largement étudié, en premier lieu par K.Marx et de nos jours par des économistes et sociologues de tout bord.
Le circuit (2-) est étudié depuis les années 1970 par des historiennes ou philosophes féministes comme Silvia Federici, Tithi Bhattacharya et des économistes comme Lebowitz Michael.
Le circuit (3-) est certes évoqué par K. Marx au détour de quelques phrases à propos du « capitaliste » qui achète les machines, la matière première et la force de travail, mais cette évocation n’a jamais été remise en cause ensuite, ne serait ce qu’au regard de la généralisation de la « responsabilité limitée », généralisation faite après les écrits de Marx et changeant fondamentalement ce circuit (3-). Toutefois, ce circuit (3-) est plus largement évoqué dans les discours entrepreneuriaux mettant en avant les investissements et les risques pris par les “entrepreneurs”, mais sans distinguer qui investit (l’actionnaire ou l’entreprise ?) et qui prend des risques (l’actionnaire ou l’entreprise ?). Cependant, ces mêmes discours entrepreneuriaux n’insistent pas trop sur le circuit (1-) le circuit de création de richesse, de génération de la plus-value, de sa redistribution et de son accumulation.

C’est justement ce circuit (3-), celui de la production et reproduction des moyens de production et de mise à disposition qui est l’objet principal de notre recherche.
Comme l’indique notre sous-titre, l’approche de ce cahier de recherche est marxiste dans la mesure où il reprend la catégorisation fondamentale de Marx entre ceux qui possèdent et gouvernent les moyens de production et ceux qui n’ont que leur force de travail à proposer. Notre approche est également résolument matérialiste dans la définition qu’en donne Althuser (« Ne pas se raconter d’histoire, cette formule reste pour moi la seule définition du matérialisme. »). Notre approche est fondée sur ce qui se passe aujourd’hui et non ce qui se passait du temps de Marx ou ce qui est décrit dans bien des histoires économiques à propos de ceux qui investissent, innovent, prennent des risques.
Enfin, comme l’indique le titre de ce carnet, notre projet se limite à l’aspect économique pour, essentiellement, considérer et bien distinguer ceux qui contribuent aux moyens de production et ceux qui les possèdent et les gouvernent.
Ce projet s’adresse à tout chercheur en sciences humaines, notamment en économie et en sociologie du travail.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search