Sortir du capitalisme (au prisme des moyens de production)

Cette rubrique comprend des articles discutant et complétant des propositions « résolument de gauche » pour sortir du capitalisme, ainsi que des articles présentant nos propositions de sortie du capitalisme.

Pour sortir du capitalisme, un court manifeste est proposé pour revendiquer un partage du pouvoir et des bénéfices entre actionnaires et le collectif de salariés de l’entreprise, dont son PdG, et ce au prorata de la contribution de chacun aux moyens de production.

Tous les articles de cette rubrique sont sous Creative Commons BY-SA 4.0. :

Dernier article :

Casser le capitalisme avec les libertariens et Locke

puis

Un récent article plaidant pour le strict respect de la propriété et des règles d’appropriation afin de casser le capitalisme actuel :

Pour un total respect de la propriété, collectif des salariés actionnaire selon sa contribution aux moyens de production

Un court article résumant notre approche “au prisme des moyens de production” :

Qui paye et qui s’approprie les moyens de production

Un très court article résumant ce cahier de recherche :

Caractéristiques, genèse et sortie des règles capitalistes

puis :

Analyse de projets de propriété collective du capital par les salariés

and its english version : Analysis of employee collective ownership projects

Transition nécessaire pour sortir du capitalisme 

Actionnaires et entreprise propriétaires des moyens de production selon leur contribution

Sortir du capitalisme, discussion à partir des propositions de Friot et Lordon

Avec Lordon, Piketty et tous les autres économistes, pas de danger pour le capital au XXIe siècle

Compléments aux propositions libérales de Valérie Charolles

Analyse du capitalisme actuel au prisme des moyens de production

Cette rubrique comprend des articles sur la genèse et la perpétuation du capitalisme, ainsi que des articles discutant les approches de Marx et des marxistes sur le sujet, approches ne prenant pas en compte l’évolution, depuis Marx, du circuit de production et de reproduction des moyens de production, évolution due à la « responsabilité limitée ».

Tous les articles de cette rubrique sont sous Creative Commons BY-SA 4.0. :

Tous derniers articles :

un article analysant les résultats de l’année 2022 ou 2023 de grandes sociétés du CAC 40, pour illustrer les articles suivants :

Dans le CAC 40 qui possède et profite le plus sans payer

puis

Trois valorisations et prévention des crises

Dernier article :

Casser le capitalisme avec les libertariens et Locke

puis

Trois articles récents :

L’un, très court, montrant la permanence, depuis au moins le Moyen Âge, de l’appropriation initiale “sans scrupules”, cause principale de la domination des “capitalistes”:

Permanence de l’appropriation initiale sans scrupules

L’autre critiquant l’approche “capital-travail” :

Dialectique capital-travail, impasse pour changer le capitalisme

Enfin, un article analysant les résultats de l’année 2022 ou 2023 de grandes sociétés du CAC 40, pour illustrer les articles suivants :

Dans le CAC 40 qui possède et profite le plus sans payer

Un article plaidant pour le strict respect de la propriété et des règles d’appropriation afin de casser le capitalisme actuel :

Pour un total respect de la propriété, collectif des salariés actionnaire selon sa contribution aux moyens de production

Un court article résumant notre approche “au prisme des moyens de production” :

Qui paye et qui s’approprie les moyens de production

Un très court article résumant ce cahier de recherche :

Caractéristiques, genèse et sortie des règles capitalistes

puis :

Court article les trois circuits du capitalisme

Court article Spéculation et rendement du capital avec ou sans croissance

Court article Les trois jalons caractérisant le capitalisme

Lecture critique des Principes d’economie politique (Charles Gide, 1931)

Analyse et complément à la thèse Le_divorce_rentabilite_croissance_dans_le capitalisme financier Th. Dallery

Remarques sur histoire d’une vision conservatrice contre l’égalité de J F Spitz

Discussion des dix propositions de Ernest Mandel

Critique des discours actionnarial et marxiste sur l’acquisition des moyens de production

Critique des discours entrepreneuriaux

Absence d’analyse marxiste des causes de la puissance du capitaliste

Approche spinoziste de la finance et de l’économie réelle et critique de l’approche du manifeste des économistes atterrés 

Commentaires sur les critiques de Le_capital_au_XXIe_siecle par F. Lordon et J Perichaud 

Capitalisme au 19. siècle – deux évolutions juridiques déterminantes

Discussion de l’approche de l’économie par la connerie

Cet article est motivé par le dernier ouvrage de J. Généreux « quand la connerie économique prend le pouvoir » (Seuil, 07/10/2021) qui, comme le précédent (« La déconomie » (Seuil, 10/11/2016)), mobilise le concept de « connerie » pour analyser les discours économiques dominants.

Causes de l’aveuglement des économistes aux moyens de production

Cet article s’étonne de l’indifférence des économistes à la “fiction juridique” qu’est la “responsabilité limitée” des actionnaires et l’inexistence juridique de l’entreprise, alors que c’est elle qui porte les “responsabilités” (et les risques) que ne prennent pas les actionnaires, et surtout que c’est elle, l’entreprise et donc son collectif de travail, qui contribue le plus aux moyens de production, l’actionnaire “limitant” sa mise, mais étant néanmoins propriétaire de tout. Les règles habituelles d’acquisition de biens (il faut payer 100 pour être propriétaire de 100) ne sont pas respectées par cette “fiction juridique”.

L’économie au prisme des moyens de production

Le terme « Au prisme des moyens de production » mérite une explication fondée sur la très nette classification sociale que Marx fait entre ceux qui possèdent les moyens de production et ceux qui n’ont que leur force de travail à proposer. Cette même classification est faite dans bien des articles “entrepreneuriaux” actuels : ils distinguent nettement ceux qui investissent en moyens de production et qui prennent des risques (les actionnaires) et les salariés qui apportent leur force de travail.

Autant ces derniers (les salariés) sont facilement repérables, autant les premiers (les actionnaires) ne le sont plus. Marx, en son temps, les repérait aisément (les capitalistes qui payaient tout avec leur fortune : machines, salaires, fil) mais depuis les lois des années 1860 sur la responsabilité limitée, ce n’est plus le cas : l’entreprise, son collectif de travail, contribue beaucoup plus que le capitaliste aux moyens de production, et ce, en plus de contribuer seule aux salaires, fil, etc… Néanmoins, l’actionnaire (le capitaliste de Marx), qui n’a donc misé qu’un peu, a seul le pouvoir de propriété sur les moyens de production. Notre approche « Au prisme des moyens de production » permet de bien distinguer ceux qui contribuent aux moyens de production et ceux qui les possèdent. La remise en cause de cette non-réciprocité entre contribution et propriété est le préalable de toute remise en cause du capitalisme.

C’est l’objet de notre article Qui paye et qui s’approprie les moyens de production que de résumer (1-) ce qui fonde nos analyses critiques de l’économie actuelle et des écrits qui s’y rapportent, (2-) de présenter une évolution préalable à toute évolution de l’activité économique proposée par les uns et les autres.

Aussi, notre projet considère que l’activité de production et de mise à disposition de biens et de services peut être décomposée en trois circuits : (1-) le circuit de création de richesse, de génération de la plus-value, de sa redistribution et de son accumulation, (2-) le circuit de production et de reproduction de la force de travail, (3-) le circuit de production et reproduction des moyens de production et de mise à disposition.

Le circuit (1-) est largement étudié, en premier lieu par K.Marx et de nos jours par des économistes et sociologues de tout bord.
Le circuit (2-) est étudié depuis les années 1970 par des historiennes ou philosophes féministes comme Silvia Federici, Tithi Bhattacharya et des économistes comme Lebowitz Michael.
Le circuit (3-) est certes évoqué par K. Marx au détour de quelques phrases à propos du « capitaliste » qui achète les machines, la matière première et la force de travail, mais cette évocation n’a jamais été remise en cause ensuite, ne serait ce qu’au regard de la généralisation de la « responsabilité limitée », généralisation faite après les écrits de Marx et changeant fondamentalement ce circuit (3-). Toutefois, ce circuit (3-) est plus largement évoqué dans les discours entrepreneuriaux mettant en avant les investissements et les risques pris par les “entrepreneurs”, mais sans distinguer qui investit (l’actionnaire ou l’entreprise ?) et qui prend des risques (l’actionnaire ou l’entreprise ?). Cependant, ces mêmes discours entrepreneuriaux n’insistent pas trop sur le circuit (1-) le circuit de création de richesse, de génération de la plus-value, de sa redistribution et de son accumulation.

C’est justement ce circuit (3-), celui de la production et reproduction des moyens de production et de mise à disposition qui est l’objet principal de notre recherche.
Comme l’indique notre sous-titre, l’approche de ce cahier de recherche est marxiste dans la mesure où il reprend la catégorisation fondamentale de Marx entre ceux qui possèdent et gouvernent les moyens de production et ceux qui n’ont que leur force de travail à proposer. Notre approche est également résolument matérialiste dans la définition qu’en donne Althuser (« Ne pas se raconter d’histoire, cette formule reste pour moi la seule définition du matérialisme. »). Notre approche est fondée sur ce qui se passe aujourd’hui et non ce qui se passait du temps de Marx ou ce qui est décrit dans bien des histoires économiques à propos de ceux qui investissent, innovent, prennent des risques.
Enfin, comme l’indique le titre de ce carnet, notre projet se limite à l’aspect économique pour, essentiellement, considérer et bien distinguer ceux qui contribuent aux moyens de production et ceux qui les possèdent et les gouvernent.
Ce projet s’adresse à tout chercheur en sciences humaines, notamment en économie et en sociologie du travail.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search